Comment choisir son pellet ?

Choisir son pellet

Comment choisir son pellet? On nous pose souvent la question et nous avons décidé de vous donner toutes nos astuces pour bien choisir son pellet.

Vous le savez certainement, le pellet est produit à partir de sciures et de copeaux de bois issus de déchets de scieries. Ceci-dit, tous les pellets ne se valent pas ! Il est important de sélectionner la bonne essence de bois, de veiller à la densité pour agir en consommateur averti et assurer le gain en énergie par rapport aux autres combustibles (voir notre article sur le coût du pellet).

Ceci-dit, bien choisir son pellet n’est pas suffisant, il est également important de bien le stocker! Le pellet est emballé en sac qui le protège, cependant c’est un combustible qui craint énormément l’humidité. Il est primordial que le stockage se fasse au sec, à l’abri des intempéries et des rongeurs ! Idéalement dans un garage ou dans une cave. Il est possible de le stocker dehors, sous un abri mais il faudra veiller à ce que la pluie ne l’atteigne pas en cas de grands vents.

poelerie à jambes

Il existe deux familles d’essences de bois:

  • – les feuillus: bouleaux, charmes, chênes, frênes, érables, …  Ce sont les bois idéaux à brûler en bûches
  • – les résineux: sapins, épicéas, … Leur bois contient beaucoup de sève résineuse (collante) qui adhère dans les conduits de cheminée lorsqu’ils sont brûlés en bûches.

Lorsque l’on doit choisir son pellet, on se retrouve face à de nombreuses compositions possibles. Cela va du 100% feuillus au 100% résineux, en passant par des 80% feuillus/20% résineux et inversement.

Bien qu’il ne soit pas mauvais pour le poêle, le feuillus est à éviter dans les poêles à pellets car contrairement au résineux, il ne contient aucun liant naturel. Il faudra donc ajouter des agents liants et des additifs afin d’égaler le résineux en pouvoir calorifique. Le pellet 100% résineux conserve, grâce à la résine contenue dans le bois, sa forme initiale lorsqu’il est pressé. Le 100% feuillus à besoin d’une « colle » pour rester tel quel une fois pressé. Il existe de bons pellets feuillus, qui sont fabriqués avec des additifs écologiques et non nocifs. Malheureusement, ils sont rares et les colles toxiques utilisées dans la plupart des cas sont d’une part nocive mais d’autre part elles vont sur-encrasser votre poêle et augmenter anormalement sont usure.

Le bois est une énergie neutre en CO2, en effet, la quantité de CO2 convertie en oxygène durant la croissance d’un arbre est pratiquement identique à celle qui est émise lors de sa combustion. Pour bien choisir son pellet, il est préférable de privilégier une production locale.

Revenons sur le processus de fabrication du pellet:

Généralement, le pellet est issus de déchets de scierie. Lorsque l’on fabrique des planches et des poutres, une grande partie du tronc est inutilisée. Tout d’abord, les écorces sont séparées des résidus de bois. Celles-ci seront brûlées afin de créer la chaleur nécessaire à sécher les résidus de bois. Une fois bien secs, les résidus sont broyés et compactés en pellets.  Pour bien choisir son pellet, il est préférable de connaître l’origine de celui-ci.

Taux d’humidité: <10%

Pour bien choisir son pellet, il faut acheter un produit bien sec. Le taux d’humidité peut varier d’un produit à un autre. Sur tous les sacs, cette valeur doit être notée. Veillez également à vérifier l’endroit où le combustible est stocké chez votre revendeur et chez vous même (voir un plus haut le paragraphe sur le stockage). Plus on arrive à choisir son pellet sec, plus il dégagera de chaleur ! Un taux optimal est inférieur à 10%.

Taux de cendres: <0.7%

Choisir son pellet avec un taux de cendre inférieur à 0.7% est indispensable car si le taux de cendres est trop important, la fréquence des entretiens du poêle va augmenter. De plus, un taux de cendres élevé traduit généralement un pellet de mauvaise qualité dans lequel on été ajouté des déchets de bois (carton, écorce ou additifs pour augmenter le volume).

Pouvoir Calorifique PC: >4.7 KWh/KG

Il est obligatoire de choisir son pellet avec un pouvoir calorifique supérieur à 4.7 KWH/Kg. Cela veut dire que pour un kilo de pellet brulé, il y a 4.7kw de chaleur qui sont donnés, et ce, sur une heure. Si vous choisissez un pellet plus faible, le poêle n’atteindra jamais sa puissance maximale car le débit de la vis sans fin est réglé d’usine.

Voici une série de petits tests afin de bien choisir son pellet:

Test de la densité et de la quantité de bois:

Prenez un verre d’eau et jeter y quelques granulés de pellets. S’ils coulent, vous pouvez considérer que la densité de votre pellet est bonne.

Test des additifs:

Lorsque vos pellets sont plongés dans l’eau, au bout de 20 min ils doivent avoir conservé leur apparence d’origine(forme en général). Ils peuvent être raisonnablement gonflés (signe qu’il n’y a pas de colle ajoutée) mais ressemblent toujours à des pellets et sont toujours dans le fond du verre. S’ils flottent à la surface, cela veut dire que vous avez des pellets mal compressés. Pour bien choisir son pellet, il vaut mieux acheter un sac test avant de commander toute une palette!

Test de la cendre:

La cendre doit être bien compacte, sèche et grisâtre. Attention que votre poêle peut avoir tourné durant une longue période en cadence minimum et donc produire une cendre très noire. Pour vérifier la cendre d’un pellet, et donc bien choisir son pellet, il faut faire tourner le poêle 1-2h en puissance maximum et vérifier ensuite celle-ci. Une cendre cotonneuse révélera une densité faible et un pouvoir calorifique bas.  Une cendre grasse démasque la présence d’additifs liants. 

Voici deux labels pour mieux choisir son pellet, ils assurent un pellet de bonne qualité. N’hésitez quand même pas à guetter les infos sur les sacs, voir à faire les test vous-même !

choisir son pellet
choisir son pellet

Leave a Reply